En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
 
 

Quel devenir pour nos Equipes d’Accueil ?

Quel devenir pour nos Equipes d’Accueil ?

Le contexte

A compter du 1er janvier 2020, les universités doivent assumer la pleine responsabilité de leurs Unités de Recherche (UR) ayant eu le label d’Equipe d’Accueil (EA). Les universités ont aujourd’hui à décider de la création, de la restructuration, voire de la suppression des Unités de Recherche relevant de leur établissement et non associées à des EPST (lettre de la DGESIP du 16 avril 2019). A l’université de Poitiers, les Unités de Recherche constituent un peu plus de la moitié des structures de recherche dans lesquelles travaillent 50% de nos enseignants-chercheurs. 

Notre analyse

Si des informations sur cette réforme ont circulé depuis plus d’un an, la plupart des collègues l’ont découverte en janvier 2020.  Cela traduit un déficit d’anticipation, de stratégie et de communication en dépit des enjeux que cette réforme implique. Le malaise qui résulte de cette situation est palpable et nous devons y apporter une réponse.
L’Université se doit d’être garante d’un soutien pérenne à l’ensemble de ses équipes de recherche et assurer leur visibilité. 
Il est impératif de ne pas opposer les équipes labélisées (CNRS, INSERM) et ces Unités de Recherche en termes d’excellence de la recherche. Ce prisme d’analyse stigmatisant est injuste, démobilisant et ne reflète pas la réalité : les Unités de Recherche propres à l’université de Poitiers, développent un dynamisme important, malgré les difficultés qui sont les leurs.
Nous pensons que cette mutation des Equipes d’Accueil en Unités de Recherche, si elle n’est pas réfléchie, présente un réel danger quant à leur capacité de financement, au renouvellement de leurs postes, voire à leur survie dans l’avenir.  
La tentation est grande d’opérer des regroupements en instituts sous couvert de visibilité et de rationalisation du fonctionnement. Bien que cela soit possible et judicieux dans certaines spécialités, nous pensons que ce ne peut être une stratégie générale. 
Les Unités de Recherche sont en droit de demander leur positionnement aux candidats pendant cette campagne ; un report ultérieur du traitement de cette question après les élections est risqué, même sous couvert d’une hypothétique consultation a postériori.
L’Université doit être garante de règles de répartition équitables et transparentes en finance et RH et en cohérence avec ses orientations en recherche.

Quelles sont les conditions nécessaires au maintien des Unités de Recherche à l’avenir ? 

-    Le financement de leurs activités de recherche : allocations de recherche et fonctionnement :
Dans un contexte de financement sur appels à projet, l’Université doit apporter une stratégie claire permettant à ces Unités de Recherche d’être en mesure de répondre aux appels d’offre régionaux, nationaux et internationaux. Elle doit par ailleurs assurer une pérennité et une équité dans la répartition des crédits récurrents alimentant ces équipes. Nous devons donc dégager des marges de manœuvres importantes (ressources propres) afin de retrouver notre liberté de promotion des recherches développées au sein de ses Unités de Recherche. 

-    La visibilité des Unités de Recherche :
Outre le financement de leurs axes de recherche, le second défi pour les Unités de Recherche consiste à assurer leur visibilité avec équité à l’extérieur de l’établissement. Un grand nombre d’Unité de Recherche sont des pépites dont le potentiel doit être appuyé par l’Université dans les appels à projets. Notre volonté est de mettre en place une stratégie claire de promotion de la qualité de nos Unités de Recherche.   

Nos propositions

Les Comités stratégiques 

Nous avons annoncé la création de comités stratégiques dont le rôle est d’inscrire notre établissement dans une démarche prospective et d’anticipation. Une des missions de ces comités sera de mener la réflexion sur l’ensemble de la recherche, incluant la structuration des Unités de Recherche en concertation avec les stratégies de développement de ces dernières.

Promouvoir les Fédérations de Recherche 
Nous souhaitons favoriser des fédérations de recherche associant EPST et Unités de Recherche, appuyées par des plateformes

Les réseaux d’expertise par l’expérience
Le développement de ces réseaux, basé sur l’ensemble des EC de l’Université et ses partenaires est un axe fort de notre programme. Ça concerne l’ensemble de nos missions : recherche, formation et fonctionnement de l’établissement.
Nous souhaitons par cette action favoriser, valoriser et structurer le partage d’expériences. Les objectifs sont le gain de temps et d’efficacité de réussite, le développement de réseaux, le développement de la transdisciplinarité et le renforcement de la complémentarité entre enseignants-chercheurs et services d’appui. 
Nous souhaitons que les enseignants-chercheurs référents deviennent de véritables chargés de mission au service de la stratégie de l’établissement en leur offrant les conditions indispensables à la réalisation de leurs objectifs.  Nous proposons donc de créer deux réseaux de référents « appels à projets » et « partenariat ».
Pour les sciences humaines, une stratégie spécifique est proposée. En effet, les opportunités de partenariat avec les collectivités locales sont nombreuses mais non structurées pour le moment.

Financement sur appel à projet 

Nous proposons ici une stratégie organisée en deux temps :
-    Le développement des synergies pluridisciplinaires en interne :
L’Université de Poitiers se doit de développer des axes de recherche forts sur des thématiques en cohérence avec sa stratégie de recherche et les défis sociétaux qui concernent l’ensemble des disciplines : humanités, technologies, biologie-santé, droit et économie, sciences de l’éducation… Nous avons annoncé notre volonté d’impulser la production de ressources pluridisciplinaires, transversales, et de les fédérer au travers d’appels à projets internes* dont l’objectif est de créer des synergies entre les différents laboratoires mixtes et propres de l’Université. A travers le développement de nos ressource propres, nous nous engageons à mettre en place un mode de financement dédié pour promouvoir les initiatives répondant à cet axe stratégique. 

-    Exploiter les résultats pour répondre aux appels d’offre :
Cette organisation bâtie autour de recherches pluridisciplinaires doit naturellement trouver son aboutissement dans le dépôt de projet régionaux, nationaux et internationaux. Ce passage sera structuré par l’Université grâce à son réseau de référents « appels à projets » qui apportera un soutien aux groupements d’Unités de Recherche afin d’évaluer les opportunités, la recherche de partenaires et le montage de dossier en lien avec le SPVR. 

Le développement du Partenariat
Le partenariat est une activité bien maîtrisée par certaines Unités de Recherche mais difficile d’accès pour d’autres. Le réseau de référents « partenariat » sera en charge d’accompagner les Unités de Recherche qui le désirent vers le développement de partenariats.
Pour les sciences humaines, une stratégie spécifique est proposée. En effet, les opportunités de partenariat avec les collectivités locales sont nombreuses mais non structurées pour le moment. Nous proposons deux pistes de collaborations à mettre en œuvre : des LabComs territoires* et la mise en place de conventions CIFRE* avec les collectivités locales. 
Dans cette stratégie, notre rôle consistera à définir les conventions-cadres avec les collectivités et à dégager les moyens nécessaires à la mise en place de ces partenariats. 

Majdi KHOUDEIR

* A consulter sur notre site WEB


Date de création : 16/02/2020 00:12
Page lue 250 fois